Je devrais pas encore être en congé mat...

Bon...

Voici mon premier billet rédigé depuis HFME.

Depuis hier, je suis hospitalisée dans le service de grossesse pathologique, au 6ème étage, vue sur Lyon ;-)

L'hydramnios étant averée, il est important de surveiller au plus près la grossesse pour ces quelques dernières semaines.

L'objectif : 37 voire même 38 semaines (je suis à 35 aujourd'hui) !

Après la paperasse d'entrée, on a été accueillis dans le service hyper gentiment.

Les journées vont s'articuler comme suit :

Monitoring pour écouter le coeur du bébé et mesurer ces fameuses contractions qui font que mon col s'ouvre.

Echos : next lundi pour contrôler les volumes de liquide.

Mesures abdominales au moins une fois par jour pour voir l'évolution du volume sous un autre angle (plus compliqué avec un bébé qui remue beaucoup).

Hier 22h, le diagnosticien qu'on surkiffe a frappé à ma chambre pour papoter. Il passait avant de rentrer enfin chez lui.

Il a été clair. Les objectifs sont simples :

Tenir un max de temps sans pour autant se rendre malade. L'hydramnios n'a aucun effet négatif sur le bébé (au contraire, il a une vraie piscine olympique) mais sur moi c'est différent. Au delà d'un inconfort certain, la tension peut faire n'importe quoi et ce ventre qui grossit trop et trop vite peut créer des soucis sur certains gros vaisseaux (donc des vertiges, des malaises...).

Rien de plus donc ce n'est pas dramatique mais l'idée c'est qu'il faut quand même accoucher (ou pas, selon la position du bébé) à la fin, et il faut éviter d'être cuite à l'instant où on a besoin de forces.

Il me dit donc que la cortisone, passé 34 semaines, ne sert pas à grand chose pour développer ses poumons, que le terme actuel n'est pas dramatique s'il venait à naître maintenant (même si on est d'accord, si il pouvait squatter encore un peu... ce serait encore mieux).

Les ponctions si vraiment il y'avait beaucoup de liquide sont à double tranchant. A ce terme, y'a 70% de chances que cela déclenche les contractions ! Donc pour l'instant on en parle pas.

Je suis rentrée pour 3 jours d'examens officiellement... Mais il me confirme qu'il fera son possible pour que je ne ressorte pas avant d'avoir accouché. Il est bien conscient que ce n'est pas la même chose qu'à la maison mais on est d'accord tous les 2 sur le fait que c'est quand même plus rassurant d'être ici, prise en charge !

Donc bon, j'ai la TV, Internet, des pelotes de laine, des papillotes et une chambre seule avec des sages-femmes sympas ! Ca me va...

Retour à l'accueil