5 mois (presque...)

Ciao a tutti

Si je vous dis qu’on attend toujours un retour de la CAF, je suis sûre que vous n’êtes même pas étonnés…

La suite et fin du précédent épisode c’est donc : Allo la CAF bis, c’est quoi ce bordel ? Ce à quoi la gentille dame répond : Ahh mais faut pas tenir compte de ce courrier.

…………………………………………………………(((Je vais continuer les pointillés parce que sinon, je vais me faire coffrer par Poutine et, passer l’hiver dans une geôle russe, c’est pas trop ma came (si vous n’avez pas compris la vanne, regardez combien coûte un gros mot dans la REPUBLIQUE de Vlad’, c’est dans l’actu d’hier !) hein ?!)))………………………………………..

Passons sur cet épisode, et intéressons-nous à : la fièvre persistante chez le petit enfant polysplénique (ou plus simplement : multi-rates).

Je résume. Mon petit lapin joufflu possède 3 rates (je ne vous refais pas l’histoire hein, j’en peux plus ;-)). Et depuis un peu plus de 2 semaines, il monte en température.

Au départ ça s’accompagnait d’une petite rhino et comme il bavait, les joues étaient rouges et tout ce qui lui passait dans la main finissait coincé dans ses mâchoires « requinesques », nous avons attribué cela à ses quenottes qui cherchaient à sortir. En effet, à ce moment-là, je suis presque sûre qu’on ne s’est pas trompé. Bébé grognon, rouge écarlate, baveux… le paradis !

Pas une très grosse fièvre en plus, jamais en dessus de 38° ce qui est plus que raisonnable.

Les jours ont passé, les joues rouges aussi (même s'il mord tout et continue de faire l’escargot en bavant partout) mais un reliquat de fièvre s’est installé. 37,5 - 37,7… Lundi dernier, j’ai quand même appelé la pédiatre. Pas inquiète et comme nous avions RDV pour la visite du cinquième mois le vendredi, nous décidons que ce n’est pas bien grave. Nous nous voyons le vendredi 2, elle ne trouve pas d’infection en l’auscultant (sphère ORL impeccable, pas de problèmes intestinaux). Pour elle ce n’est pas bien grave mais… (Ah bah oui, si je ne mets pas un « mais » y’a pas de suspense), connaissant le cas, il ne faudrait pas que les rates manquent à leur devoir de protection ou que la cicatrice de l’estomac n’aille pas bien (à priori, si c’était le cas, il mangerait beaucoup moins bien et recommencerait le dégueuli et la douleur rapido). Dans l’espoir de se rassurer, elle nous prescrit une prise de sang.

J’appelle HFME qui me confirme que c’est plus prudent, que ce sont certainement des « entérovirus » bénins (comprendre : des merdes de micro-virus qui flottent dans l’air, ne sont pas bien graves dans la majorité des cas et enquiquinent les parents et les bébés en ne provoquant pas de très gros symptômes et surtout des réactions assez peu marquées comme…. une micro-fièvre persistante) mais qu’il vaut mieux se rassurer.

Nous voilà donc en route pour le labo (que j’ai appelé avant, tout le monde ne pique pas les petits bébés dans ma ville). Patch EMLA pour endormir la zone du pli du coude, doudou sous le bras et infirmière sympa mais bien embêtée de faire des misères à mon chouchou qui la draguait à grands coups de sourires quelques instants avant. Il s’est arrêté quand elle a serré son bras avec le garrot et qu’elle a appelé une pote pour tenir son bras. Il a compris qu’on allait pas rigoler et a enclenché la machine hurlante, Doudou qui danse n’y a rien changé, mes bras non plus !

Elle a fait vite, et s’est fait pourrir par toute la salle d’attente quand elle est sortie avec ses flacons (« bourreau d’enfant »). Je suis à mon tour sortie avec le bébé, crevé, mais plus silencieux qui a reçu tous les regards compatissants de la file d’attente de papys et de mamys qui poireautaient ! Je suis sourde, l’infirmière aussi, Chaton était cuit mais c’était fait.

Résultats hier soir et là : panique !!! Je m’explique. Les normes (vous savez, les petites parenthèses après les résultats qui vous disent que votre « proutosine » doit être entre 100 et 200) étaient complètement décalées par rapport à ses résultats. Genre vous devez être entre 50 et 100 et son résultat était à 655 !!! J’ai dégainé le téléphone pour joindre la pédiatre dans la seconde et elle s’est bien marrée parce que les normes sont celles des adultes… Donc forcément le sang d’un bébé de 5 mois est bien différent.

Tout ça pour dire qu’on est rassuré et qu’il a une carence en fer… Il attaque donc une cure de 3 mois de fer. Voilà, voilà…

Pour la fièvre qui dure, RAF (ça commence par « Rien A » et pour le F, vous mettez ce que vous voulez). Ce doit être ces fameux entérovirus qui trainent, et c’est plutôt bon signe quant à l’usage de ses rates, qui ont l’air de faire le boulot pour lequel elles sont prévues…

Fer pour bébé, et dès aujourd’hui fer aussi pour maman. J’en ai ras la frange (et j’ai presque plus de frange) de perdre mes cheveux par poignées. Il faut que ça s’arrête. Il faut aussi que je réduise encore l’allaitement, histoire d’aller mieux et d’arrêter les carences.

C’est là que le bât blesse… Je ne sais pas pourquoi mais j’ai du mal avec cette idée… Alors que ma vie serait bien plus simple si je devais définitivement me séparer de mon tire-lait. Au fond de moi quelque chose bloque, mais je ne me l’explique pas encore. Je ne tire plus que 2 fois par jour (matin et soir) pour qu’il ait encore 2 biberons par jour de MON lait mais il survivrait très bien avec son lait en poudre qu’il tolère bien (même si je pense que rares sont les biberons de lait Anti Régurgitations qui sont épaissis encore plus par de la poudre !!! Mon bébé a encore du mal avec les choses liquides). Surtout quand on voit le stock dans mon congélo…

Bref, je vais travailler sur le « pourquoi je n’arrive pas à me faire à cette idée » et chercher les vraies raisons (le besoin de contrôler encore un peu ça et de compenser le manque du départ ? Les médecins qui m’ont rabâché l’allaitement jusqu’à 6 mois pour qu’il soit en bonne santé, alors qu’il est déjà en « bonne santé » ?).

Et comme ça fait mal de réduire les « traites » et que je vais dérouiller en arrêtant définitivement, je vais aussi me mettre en quête d’une solution homéo (mouais… pas convaincue) car aucune molécule n’existe pour réduire après 5 mois.

Voilà pour les nouvelles. Les choses changent vite. On va encore penser que je philosophe mais j’adore voir grandir et progresser ce petit bébé. Vraiment j’apprécie d’être sortie des premiers mois si… prenants. Il est toujours aussi accaparant, s’occuper d’un enfant prend beaucoup de temps (tout le temps !) mais je le vois chercher à faire les choses seul, améliorer ses gestes de jour en jour, commencer à communiquer. J’ai eu beaucoup de mal avec cette fusion bestiale et je suis contente de sentir qu’il pousse.

Pour la première fois hier, lorsque son papa est rentré et qu’il l’a sorti de ses jouets pour lui faire un câlin, notre poussin lui a fait comprendre que NON il était occupé à jouer et qu’il voulait retourner voir son crocodile et ses doudous. Pas de vexation, il s’affirme et c’est plutôt chouette (vous me redirez ça à l’adolescence ou bien avant, quand il ne voudra plus du tout faire ce qu’on lui demande).

Cette autre personne (même si elle est petite et encore dépendante de nous) devient un membre de la famille à part entière. J’ai beaucoup de mal avec les gens qui ne veulent pas voir grandir leurs enfants. J’enfile ma casquette de sage et repète que, oui, je suis convaincue que notre « espèce » vit pour se reproduire et se maintenir en tant que telle. Encore plus depuis 5 mois où je vois ce nouvel humain prendre de la place et grandir.

Lorsque je lui parle de son avenir (forcément on projette des choses sur nos enfants, personne ne peut lutter) je ne le visualise pas en tant que petit garçon ou ado mais déjà en tant qu’homme, père, compagnon… Sans lui dire que sa femme sera comme ci ou comme ça mais plutôt d’être quelqu’un d’agréable, de sympathique, d’appréciable.

Je n’ambitionne rien d’autre que le plaisir, dans 50 ans, de me dire qu’il fait le bonheur de sa famille.

Ok, j’arrête, on n'en est pas là, faudrait déjà qu’il apprenne le pot et ça non plus, c’est pas pour demain !!

Bon week-end prolongé à ceux qui vont pouvoir profiter de la pluie ! Mouark !

Retour à l'accueil