Automnal...

Ouhlala ! Je sens que ce post va encore être un peu bordélique, à l'image de la propriétaire des lieux me direz-vous.

Je commence vous suivez, et on en reparle si besoin ;-)

Du côté du bébé :

Le voilà civilement baptisé ! Une belle journée sous le soleil, avec un bébé qui a fait une sieste de plus de 2h sous un arbre (ça crève d’être le héros du jour !). Pourri-gâté, vous vous en doutez, même si les consignes cadeau se rapportaient à la séance photo de ouf malade qu’on a fait quelques jours avant au Théâtre Antique (Vide ! Génial !). Les photos (quelques unes...) sont sur Instagram

J'en ai profité aussi pour l'équiper d'une super chancelière d'hiver pour sa super poussette et d'un siège auto de grand (oui, ce n'est qu'un siège auto, mais c'est mon fils, et je fais ce que je veux, ce sont mes sous aussi !). Pardon je m'emporte mais chacun fait bien comme il veut et si je tiens ABSOLUMENT à avoir le top du top, ça me regarde, ZUT !

Un nouveau baptisé donc qui va à la crèche comme un grand (il n’a même pas pleuré ce matin, et a tendu les bras à la « dame de la crèche » dés que nous sommes arrivés). Il a un copain, une amoureuse et il découvre plein de choses. C’est fou la vitesse à laquelle il progresse. Ce doit être aussi certainement lié à son âge mais je trouve que depuis son entrée dans le « collectif », les progrès sont hyper rapides ! Rampage, (ça se dit ou pas ?) tentative de se lever, discours, attention, volonté de découvrir SEUL !! Gare à celui qui essaie de l’aider…

Les débuts ont logiquement été marqués par… la rhino et les vilains microbes ! Vendredi derniers, on frôlait les 40 ! Bébé sur Off, il dormait et geignait, uniquement collé contre moi avec son lapin. Atroce ! C’est dur de le voir malade pour la première fois, de le voir se tordre de ne pas savoir quelle position adopter… Ce n’était qu’une rhino, mais elle l’a cassé en deux. Au moins, voyons le positif, il a été malade et y a survécu ! Sans antibiotiques en plus ! J’ai quand même demandé confirmation au médecin, et c’est une excellente nouvelle pour ses rates. Il arrive que les bébés rencontrant des soucis « ratounesques » n’arrivent pas à monter en température. Alors que la température est l’une des armes de ton corps pour se défendre contre les invasions de microbes ! Là, en l’occurrence, un « presque 40 » ça veut dire qu’il fonctionne, et c’est une des missions des rates (les puristes pardon, mais je vulgarise sinon, je ne me comprends pas moi-même !)

Un argument de plus !

A propos de la maman :

Ayé ! J'ai enfin officiellement quitté la boîte qui m'employait. Et ce fut plus dur que prévu !

D'abord parce que je réalise qu'on ne me reprochait rien, juste qu'au nombre de points, j'étais la moins gâtée. Et puis parce que cela devient concret. J'ai vraiment cédé ma place à quelqu'un avec qui je ne m'entendais pas du tout (ces gens sont assez peu nombreux...). Je sais qu'elle n'est pas formée, qu'on a même demandé à mes collègues de lui filer un coup de main pour apprendre un métier qu'elle a accepté sans le connaître... Cela mis à part, le dernier coup de bambou est tombé hier, même si je le sentais gros "comme une maison" que les choses allaient évoluer dans ce sens. Pour vous résumer la situation, ma chef, la responsable du service donc, a profité elle aussi du plan pour partir avec les indemnités sympas qu'on lui proposait. Elle devait donc être remplacée car son poste n'était pas supprimé (vous suivez là ? Parce que "poste" et "personne" sont deux concepts littéralement différents dans un plan social). Le recrutement était lancé, je pense que certains (un tantinet présomptueux) se mettaient sur les rangs et s'y voyaient déjà.

Et bien non... En fait la direction a trouvé THE parade absolue : la prestation. Et pas avec n'importe qui s'il vous plait ! Celle qui a démissionné et qui a permis que j'intègre l'entreprise à sa suite, et qui est déjà revenue en tant que prestataire lorsque je suis partie couver mon loustic en congé maternité. Ce qui fait donc que... Tout le monde est content (Candide aurait dit : "tout va bien dans le meilleur des mondes").

Alors pourquoi est-ce que cela m'atteint ? Parce que finalement, elle gagne des sous cette fille, que j'en suis partie et que je ne devrais plus y penser. Et pourtant si ! Je ne peux pas m'en empêcher.

Après une nuit de cogitations, j'en arrive à la conclusion suivante. J'ai toujours été dans une ombre au sein cette boîte. Elle avait mis en place les process qui régissaient mon travail. J'arrive après elle, si regrettée. Je pars en congés maternité et la voilà qui revient. Et là ?? Elle prend carrément la direction du service ! Je ne lui en veux pas, c'est tant mieux pour elle. Qu'elle leur adresse des factures monumentales, et qu'elle se gave en terme de rémunération. Ce qui me gonfle en revanche, c'est que j'avais le secret espoir qu'ils allaient en ch*** (baver...). Entre celle qui arrivait à ma place et qui n'y connaissait rien, sans chef au-dessus d'elle pour lui expliquer comment cela fonctionne ou même avec un autre manager qui n'aurait pas maîtrisé les rouages du métier de cette entreprise, ils auraient galeré. Alors que là, walou !

En fait la nouvelle boss (en intérim pour l'instant, mais je suis prête à parier qu'une offre définitive va suivre...) connait la boîte comme sa poche, et mon métier aussi bien que moi. Du coup l'incompétente notoire va se retrouver armée et managée comme il faut (ce qui n'est pas négligeable) et finalement, en haut de la hiérarchie, cela donne l'impression que ce plan n'était qu'une carte de plus dans le jeu de l'entreprise et que, sitôt perdue, hop ! Une autre apparaît et tout file comme sur des roulettes ! Je suis amère, je pense que cela se sent. Non que je me sente indispensable, mais j'aurais apprécié de me réjouir un peu du merdier qui aurait régné...

J'ai de plus en plus l'impression que le métier que je fais est gangrené. En dehors de quelques unes de mes copines qui prouvent leur valeur chaque jour dans des boîtes pas toujours chouettes, les autres se retrouvent propulsés on ne sait comment sur le devant de la scène... Miracle ? Piston ? Opportunisme ? J'ai beaucoup d'exemples...

Voilà, ajoutez à cela les antibiotiques pour une sinusite très amoureuse de moi qui ne veut plus me quitter, l'effet qu'ont les antibiotiques sur moi (je ne vous fais pas un dessin, mais je dérouille) et c'est parti ! Vous obtenez une maman ravie de laisser son bouchon à la crèche ce matin !

Un bouchon qui commence les câlins (avant ce n'était réservé qu'aux doudous), qui parle et chante beaucoup (je me demande de qui il tient cela...), qui joue et commence à explorer la maison en rampant, qui a eu ses premières chaussures aussi (MAIS C'EST CHER POUR DU 20 NON !!!??????) et qui débranche les prises et ferme les portes (pas l'air con lorsqu'il s'agit de la rouvrir sans savoir où est le bébé, ou ses doigts...).

Allez, je me lance dans les projets PERSO du jour, je ne peux pas me mettre en mode travail ! Donc je vais profiter du système de "plan social pas trop dégueu" quelques temps...

Retour à l'accueil