Octobre... Le mois rose ou l'apologie du nichon !

Hello toutes (et tous)...

Aujourd'hui, article Ô combien engagé et important qui rentre dans la catégorie des "bons conseils de Tata Lolo", même pour toi, celle qui ne VEUT PAS en entendre parler. Je suis sûre que parmi vous, certaines ont très très peur d'aborder les sujets difficiles pour éviter de les attirer. Malgré tout, je pense que c'est absolument indispensable parfois, de se dire les choses clairement.

Tu as pigé, je veux t'avertir que le nichon c'est la vie ! Un peu réducteur certes, pas du tout misogyne mais littéralement indispensable.

Reprenons... Le sein, cet attribut universel plus proéminent chez les femelles, sert à de nombreuses tâches ! La principale fonction est nourricière. Si tu veux économiser ton argent et en profiter pour nourrir ton cher petit avec l'aliment le plus adapté à sa petite personne, tu en as besoin. Attention, le biberon c'est très bien aussi, mais personne ne peut nier que le lait de maman, c'est encore ce qu'on a fait de mieux.

Par un mécanisme complexe (excusez-moi hein, mais on va pas perdre du temps alors qu'on ne comprendra jamais), la jeune mère produit du lait et il sort par cette zone. En ce qui me concerne, la lactation s'est mise en place à 3 mois de grossesse, alors que les toilettes étaient encore ma pièce préférée de la maison. Je vomissais joyeusement, et tandis que mon corps fournissait cet effort (c'est fatiguant de dégobiller), mes seins commençaient à perler. Pour vous résumer tout le questionnement qui m'habitait à l'époque, je n'étais pas sûre d'avoir envie d'allaiter. Mon corps m'informait donc que, bon gré mal gré, il était quand même prédisposé pour s'y mettre une fois l'enfant venu. Lorsque les différents épisodes de ma grossesse à rebondissements se sont enchaînés, et que les médecins me certifiaient que le lait maternel serait le meilleur cicatrisant pour l'estomac charcuté de mon bébé, les choses s'éclaircissaient et je me disais alors que je n'y couperai pas, et que j'allais mettre un peu de bon coeur.

D'ailleurs, avis aux futures mamans, le colostrum sécrété dans les premiers jours suivants la naissance est un excellent cicatrisant pour vos propres "blessures de guerre" liées à l'accouchement. Je ne vais pas vous faire un dessin, mais je vous certifie que c'est vrai ! Essayez donc et vous nous raconterez.

J'ai donc allaité (ou tiré mon lait mais ça revient à peu près au même) pendant 6 mois pile ! J'ai arrêté le soir des 6 mois de Joufflu. Et bien, je ne regrette pas. Et encore moins le tire-lait. La liberté que cela m'a apporté tout en sachant que je donnais quand même le meilleur des aliments à mon fils est sans appel. Les biberons de la nuit données par le papa, le fait de pouvoir moi-même faire une nuit complète en arrêtant de tirer à 1 ou 2h du matin et les quantités maîtrisées me font penser que, si un jour je remets ça, je recommence tout pareil !

D'ailleurs sur ce sujet, j'ai lu récemment sur l'Express (c'est sérieux quand même !) que SEULEMENT 55% des mamans allaitantes avaient gouté leur lait. SEULEMENT oui !! Je n'y crois pas, je suis sûre qu'on est beaucoup plus nombreuses !!! Enfin, soyons claires, on boit ce qui sort d'une vache ou d'une chèvre (qu'on ne connait même pas) mais on ne serait que 55 % à tester ce que l'on fabrique NOUS-MÊME pour l'être le plus important de notre vie ?? Enfin quoi, c'est pas possible ! On ne peut pas être à ce point dégoutée par notre propre corps pour ne pas essayer ce qu'on donne à manger à nos enfants ? Qui n'a jamais gouté le lait en poudre du biberon (qui est bien plus dégueu et sent la fin de la criée dans un vieux port) ? Je ne dis pas d'en mettre dans son café du matin, mais quand même, les premiers jours, lorsque l'on commence, on le tente, ne serait-ce que pour ne pas mourir idiote... On apprend d'ailleurs dans cette enquête que les papa testent aussi (je crois que mon jules l'a fait, il faudrait que je reconfirme).

"Couvrez ce sein que je ne saurais voir". Ce n'est pas une phrase de Janet Jackson, non non, mais plutôt de Molière (le chevelu). L'autre atout de nos atouts, c'est l'impact psychologique affectant notre sexualité et la séduction. On ne sait par quel miracle, les mecs ont un vrai problème avec nos lolos. Parmi les premières choses qu'ils regardent chez une femme (mettez donc un méga décolleté et tentez de parler sérieusement avec un inconnu), ils doivent avoir dans une mémoire très enfouie les souvenirs de leur rapport avec leur mère et surtout avec ses roploplos, qu'elle les ait allaités ou non. Et avouez qu'on aime bien quand même, quand on les rend fous avec un joli décolleté suggestif...

Tout ça pour dire que, mère ou pas, vous êtes une femme, et une femme doit prendre soin de ses nichons ! Je n'invente rien, on connaît toutes le cancer, et celui du sein est certainement le plus flippant pour nous ! Ils le sont tous, mais c'est celui auquel on pense en premier. Pour l'anecdote, sachez que dans 99% des cas, ce type de cancer est contracté par des femmes... Le 1% restant, ce sont les autres (les hommes quoi, désolée pour les stéréotypes de genre...) qui ont eux aussi des seins (même si ils sont bien moins jolis).

Le cancer du sein me touche ! Comme tout le monde me direz-vous.

En 1974, ma grand-mère prend des douleurs au bras droit et est très fatiguée. Elle a l'impression que sa bride de soutien-gorge est perpétuellement descendue sur son bras (mais si, ça vous arrive tous les jours). En 1 an, elle va voir 7 médecins (gynécos, généralistes...). En juillet 1975 (elle a 48 ans), la veille de partir en vacances, son médecin de famille prend le temps de l'ausculter. Allongée, il lui palpe les seins et trouve une énorme plaque (pas une boule) dans le sein droit. Très inquiet, il lui fait renoncer à ses vacances et ordonne une mammographie en urgence. Elle est opérée dans la foulée et tout le sein est retiré. Ils ratissent larges, ne parlent pas de reconstruction, il faut dégommer cette énorme masse. Elle se réveille amputée d'un sein (ils sont allés jusque dans le dos pour virer un maximum de glandes atteintes), son bras est énorme, la cicatrice béante (encore aujourd'hui c'est impressionnant). On attaque immédiatement (et sans rééducation) la "bombe au cobalt", une radiothérapie assommante et le protocole est très lourd. Pendant des minutes (au lieu de secondes) la machine brûle tout sur son passage. Je ne vous parle pas de la précision de cette machine débutante qui vise assez large pour être sûre de bien tout tuer, y compris les parties saines, on est en 1975 ! Elle ne lèvera plus jamais le bras, mais se rétablira définitivement malgré la prise en charge tardive de son cancer. A ce moment-là, le taux de mortalité est bien supérieur à celui que l'on connaît aujourd'hui.

Actuellement, c'est une dame âgée qui est régulièrement embêtée par des problèmes de lymphes (les glandes qui logent autour de la zone) et qui dérouille un peu chaque année. Sa mobilité est littéralement impossible avec le côté droit et elle garde les stigmates impressionnants d'une chirurgie très lourde. Mais elle est là, et aura eu la peau de son crabe !

Pour un autre témoignage plus actuel, je vous invite à lire le blog de Lili (foncez c'est génial !) qui s'appelle Tchao Günther. Lili est très (trop ?) jeune et pourtant, heureusement qu'elle s'est tripotée.

Oui parce qu'au final c'est ça que je veux dire. Tes seins sont à toi. Dans l'intimité de ta douche, de ta chambre, de tes WC, de la cantine... OU TU VEUX !!!!!! Tu peux te tripoter pour vérifier qu'il n'y a que du nichon en bonne santé. Pas de boules, pas de plaques, pas de douleur, pas de gène, pas de bride de soutien-gorge qui te donne l'impression d'être sur ton bras ! Ca ne fait pas mal, c'est à toi, et ça peut éventuellement te sauver la vie. Le cancer du sein est l'un de ceux qu'on sait le mieux combattre, surtout s'il est pris tôt !!! Malgré tout, il y'a encore des jeunes femmes (on est toujours trop jeune pour cette saloperie) qui meurent de cette petite bête ! Apprends à ton jules à tripoter tes seins pour vérifier que tu vas bien (il va adorer, j'en suis sûre), apprends à ta fille que ce n'est pas mal de vérifier qu'on va bien, envoie ce lien à tes amies pour leur rappeler que c'est CAPITAL de faire ça souvent, demande à ton médecin de te montrer... Ou clique sur ce lien, on apprend tout !

Et si tu as le moindre doute, consulte.

Retour à l'accueil