Vieux amis

Hello,

Oui je sais, on est lundi soir et je n'ai pas encore pris le temps d'écrire le billet hebdo qui va venir ravir vos mirettes... Vous m'en voyez profondément désolée... Vraiment... MAIS (élément perturbateur, rappelez-vous vos cours de français au collège) mon Joufflu est malade !

Rien de grave, une otite carabinée associée à cette foutue poussée dentaire de psychotimbré qui nous en fait sortir 4 en 10 jours. Vitesse de croisière sympa... Donc bras toute la journée, donc fièvre, donc humeur massacrante du bébé et indisponibilité totale de la mère... Là il dort, pourvu que ça dure (Petit Jésus des bébés joufflus et dentus, entends mon appel).

J'en profite au passage pour remercier la gentille personne qui a su restée patiente toute la journée alors qu'elle venait déjeuner dans notre humble demeure, et qui a pu noter la capacité de décibels du bébé en cours d'otite. C'est bizarre d'ailleurs, il a mal aux oreilles, alors pourquoi il crie comme ça ?

Merci donc à cette jeune femme, infirmière en néonat de son état. Ah bah oui, parce qu'on a pas fait que passer s'occuper de Joufflu pendant son hospitalisation il y'a presqu'un an, on a aussi trouvé le moyen de se faire des copains. Une infirmière donc, qui avait craqué pour l'irrésistible charme de notre progéniture génétiquement rare et qui lit ce blog depuis maintenant quelques temps. C'est fou comme l'admiration qu'on a pour les gens et leur boulot de dingue peut nous les faire voir sous leur meilleur jour et nous donner envie de rester en contact. Il se trouve que les choses de la vie font qu'on partage un peu plus que cette histoire, et ça c'est vraiment chouette (je me comprends), parce qu'on se retrouve désormais d'égale à égale et non plus comme la soignante et la famille du (mini) patient.

Autre temps fort du week end, les retrouvailles avec son "plus vieil ami", Sumo (cliquez sur son nom pour lire son histoire). On attendait ça depuis longtemps et enfin on s'est revus, en famille, en dehors des murs protecteurs mais difficiles de l'hôpital. Les parents de Sumo sont probablement les personnes qui pouvaient le plus nous comprendre lorsque nous étions en néonat. Déjà par la proximité physique parce que lorsque le personnel parlait à l'une de nos deux familles, l'autre entendait tout. Sans parler d'intimité (on s'en moquait éperdumment) mais surtout ils venaient nous réconforter et dédramatiser. Déja maman d'une petite fille en parfaite santé de 5 ans et à l'hôpital pour Sumo depuis plus de 3 mois, cette maman très sympatique travaille aussi dans le même secteur que moi, et dans la même branche. Du coup il ne nous en a pas fallu plus pour rire, pleurer et échanger toute la journée. Depuis notre sortie, ils ont encore passé de longues semaines en néonat puis en réanimation pédiatrique (Sumo devenait trop grand pour la néonat) et ils sont rentrés chez eux début mars, avec une sacrée liste de protocoles médicaux pour leur bébé.

Samedi, nous avions donc rendez-vous chez eux pour déjeuner. Sumo est né mi-septembre mais il était prématuré. Ce qui lui donne en âge corrigé les mêmes proportions que notre Joufflu. Impressionnant de voir les deux "potes" se retrouver, s'observer. De quoi se rappellent-ils ? Est-ce qu'ils ont une mémoire de tout cela, de leur proximité ? De taille et de poids presque équivalents, Sumo lui marche déjà très bien en se tenant à ses parents, là où le nôtre est encore instable même s'il adorerait y arriver plus vite.

Très émouvant également, car pour la première fois, je pouvais le "toucher", le prendre et finalement constater qu'ils se ressemblent même physiquement (peu de cheveux, remuants, rieurs...). Ses parents et sa grande soeur sont également en bonne forme, et la maman me confiait justement que, comme moi, elle revit des instants pénibles par phase.

Nous savions tout du protocole médical au jour le jour de l'enfant de l'autre. Nous comprenions parfaitement les larmes de l'autre, ses colères et étions en colère avec elle. Nous échangions sur les autres bébés, les moins chanceux comme Tousseul. Cet échange fait aujourd'hui de cette personne une relation que je tiens à garder. J'aimerais tellement que nos enfants se côtoient en grandissant...

Enfin, et pour vous donner quelques indices supplémentaires sur mon escapade surprise de jeudi dernier, j'étais à Paris, sur un plateau de tournage... Celui des Maternelles ! Je n'aurais peut-être pas l'occasion de vous en reparler d'ici là, mais je vous invite à vous caler dans votre canap' le 8 décembre dés 9h sur France 5...

Merci de votre indulgence, Nathalie Le Breton est l'une de mes idoles et j'étais trop impressionnée par son grand sourire !

D'ici là, je vous laisse, je vais confier le Joufflu sous antibio à sa mamie chérie et je m'en vais rejoindre le pays de Kate Middleton afin de claquer mon budget de fin d'année dans les rues de Carnaby... Bisous !!!

Retour à l'accueil