"Lève-toi et marche"

C'est classe, c'est une citation de Jésus HIMSELF quoi !!!

Bah oui, on en a pas vraiment parlé de cette étape cruciale (que dis-je ? Fondamentale) de l'évolution du bébé... Je ne me prends pas pour Famili hein, je ne vais pas faire un cours mais... j'étais inquiète (c'est bizarre non, quand on me connait...).

Bref, un jour il a marché. Tard... Très tard par rapport aux bébés qu'on voit piger le truc à 8 mois (oui oui, vu de mes yeux !). Tard... Vers 14/16 mois plutôt. En fait, je n'en sais rien. Je n'ai pas de date de début précise. On a commencé à se mettre l'un en face de l'autre avec son papa, assis par terre et à tendre les bras sur 50 cm. Il faisait un pas. Puis le lendemain, la semaine suivante... un peu plus, de plus en plus... Jusqu'au jour où on se dit "oh put*** mais il marche là ?!". Et en effet, il marche. Entre 14 et 16 mois (c'est vaste). Et là, c'est compliqué. Il a accès à une nouvelle vision de la vie. Il veut en faire plus, toujours plus, mais son petit corps et ses jambes arquées en canard boiteux ne l'aident pas (la pédiatre a dit que c'était le "polygone de sustentation", c'est beau non ?). Il est stable mais doit se concentrer.

Quelques semaines plus tard, aujourd'hui quoi : il court ! Il ramasse des trucs pendant qu'il marche (la souplesse des enfants...), danse, tourne sur lui même. On va même à la crèche à pied (400 mètres en 10 minutes pour voir toutes les voitures qui passent...). Le problème c'est que, comme il a pris confiance, il se gauffre, et pas qu'un peu ! Donc on donne de l'Arnica (pas bien compris l'idée mais on m'en donnait alors j'en donne) et on fait des bisous magiques. Il coince ses doigts dans les portes (aïe), essaie de descendre les escaliers seul (aïe), les remonter aussi (moins aïe ça, en revanche), veut monter sur les chaises, faire du cheval sur l'aspirateur, monte et descend seul de son tracteur et de son fauteuil dans sa chambre (on hurle "non pas la tête en premier Joufflu, le cul d'abord")... On rouspète pour qu'il donne la main, puis pour qu'il la lâche quand il n'y a plus de voiture. On commence à lui montrer le passage pietons (sur lequel il s'arrête pour remercier les voitures arrêtées...), le feu vert ou rouge, les trottoirs qu'il oublie.

C'est encore un petit peu un bébé, mais de moins en moins...

Retour à l'accueil