Billet d'humeur / Parking payant

Honnêtement, je ne voulais pas publier d'articles pendant 15 jours, le blog aurait été en vacances. Mais vendredi après-midi, je suis allée voir mon amie P. hospitalisée en grossesse patho. Je vous raconterai un jour l'histoire de cette P. mais aujourd'hui, je voulais simplement râler...

Je n'ai pas pour habitude d'utiliser ce blog pour m'indigner. Je ne participe pas très souvent aux polémiques, même si j'ai un avis. Je ne publie que lorsque je me sens touchée.

Quelle ne fut pas ma surprise vendredi quand, en entrant sur le parking d'HFME, je découvre qu'il est devenu... payant ! Oh ça va je ne suis pas un bisounours, je sais bien que le monde fonctionne mieux avec l'argent, et que les organismes publics fonctionnent mieux avec aussi. Mais là, je ne comprends pas. Quel est encore le burocrate qui, soutenu par ses tableaux Excel incompréhensibles, amena tout un conseil d'administration à voter une mesure aussi peu altruiste ? N'y a-t-il pas des médecins parmi ce conseil ? Des gens au "service du public" ? Ne dit-on pas "usagers" et non "clients" lorsque l'on parle des malades ?

Le flyer avec les tarifs est là ! (le premier qui me dit que 40 minutes gratuites c'est suffisant je l'invite cordialement à aller vérifier combien de temps ça prend de faire une entrée avec des "zétiquettes" et un poireautage dans une salle d'attente bondée... !). La justification des HCL est, je cite, :

- "pour améliorer les conditions de circulation et de stationnement dans l'enceinte de l'hôpital".

Bon ok, c'est vrai que c'est le merdier. En même temps en construisant, on aurait pu aussi réfléchir à des capacités de stationnement adéquates en intégrant le nombre de chambres, les différents services et leur capacité d'accueil... Non ??

- "parce que le Groupement Hospitalier Est connaît des opérations de travaux d'envergure qui ont entraîné la perte de 260 places"

Ah d'accord, c'est cool que ça se modernise (on va dire que je ne suis jamais contente) mais donc, pour avoir un labo plus grand ou des chercheurs mieux équipés, il fallait sucrer des stationnements pour les familles et les patients ? L'argument pourri... On vous fait payer parce qu'on a choisi de vous apporter un meilleur service. Une fois encore, ce n'est pas comme cela que c'est censé fonctionner. En France, en 2015, tout le monde à le droit aux soins les meilleurs et les chercheurs et médecins doivent bénéficier des meilleures infrastructures. Mais cela ne doit pas se faire au dépend de l'un ou de l'autre. Nos impôts doivent servir à financer les 2 versants de la problématique.

Alors bon, ok, je sais bien que certains abusent, toujours. Ces gens-là sont partout, ils volaient même des kits d'allaitement stériles dans les salles de néonat (beaucoup plus pratiques à trimbaler en week end que le kit de tire-lait classique, car déjà stériles). Je sais aussi que certains traversaient la zone de l’hôpital pour rejoindre le périphérique en venant de Lyon.

Je ne suis pas dupe. Mais là, on parle du parking d'un hôpital. Une fois encore, je ne me plains pas, je suis restée 3h vendredi, cela m'a coûté 5,50 € mais je n'ai pas eu de soucis pour dégainer ma CB et payer. J'étais venue voir une amie, elle vaut bien cela. Je pense juste aux longues journées que nous passions à l'hiver 2013 dans une salle de néonat, à veiller sur notre fils. 6 semaines de stationnement... Plus de 12 h par jour ! Quel coût cela aurait-il eu ? Certainement que, comme tout le reste à ce moment-là, cela nous serait passé des kilomètres au-dessus de la tête... Nous pouvons nous le permettre et nous n'avons jamais regardé les prix de cela ou de la chambre accompagnant dans l'unité Kangourou (18€ par nuit, par personne, hors repas). Certaines familles ne peuvent pas se le permettre. De la même manière, comment financer un parking payant lorsqu'on veille sa femme, son enfant ou son ado hospitalisé dans cet hôpital (ou à l'hôpital Cardiologique, juste en face, utilisant le même parking) ?

Comment parler encore de "service public" quand une institution telle qu'un hôpital pour les enfants ou les familles (relisez bien, on a dit "hôpital") ? Comment ne pas se sentir manipulés dans l'un des instants les plus compliqués de la vie ? Comment ne pas se sentir "vache à lait" en toutes circonstances alors que tout ce que demandent les familles, c'est de passer du temps ici, aux côtés des belles nouvelles comme la naissance, ou des pires lorsqu'un enfant est malade ? Ca me hérisse et surtout, je pense à des enfants comme Tousseul, qui n'avait déjà pas les meilleurs parents du monde, et qui auraient été impactés par un coût de parking. Mais ils ne sont pas les seuls... Combien de familles sont là, sans travailler (je pense aux mamans de cancéreux ou d'hospitalisation de longue durée), vivant à plusieurs dizaines de kilomètres et qui vont devoir débourser une petite fortune juste pour stationner ?

Ohlala, j'entends déjà les pro "transports en commun" murmurer que beaucoup de lignes de bus rejoignent l'hôpital... Alors imaginez 2 secondes si vous êtes une mère et que vous avez déjà accouché, venir voir votre enfant de quelques jours avec votre épisio ou votre césarienne toute fraîche, en bus. Ou quand il faut monter en catastrophe parce que votre enfant va mal. Vous vous voyez répondre au médecin alarmant qui vous téléphone "mon bus est à 9h37, donc je serai là dans 2 heures, faites le tenir un peu" ? Parce que moi personnellement, pour venir chaque jour, il m'aurait fallu prendre un train, un métro et un bus, et encore je n'étais qu'à 30 km. Comme je n'ai pas arrêté de pleurer pendant 6 semaines, et que je transportais mes litres de lait dans ma glacière pour le transfert au lactarium, je pense qu'on aurait rigolé tiens...

Pour certaines familles pourtant, cela va devenir une question... Les budgets sont serrés, peut-être que d'autres enfants ont besoin d'argent pour les fournitures scolaires, s'équiper, s'habiller... Dans tous les cas, riches ou pauvres, les familles ne bénéficient plus d'un "service public".

Je dois prochainement monter voir ma copine "jeune accouchée", et ensuite assurer les visites de suivi pour mon Joufflu qui va bien, car les médecins de l'"hôpital public" l'ont sauvé, parce qu'ils ont le sens de l'autre, parce que leur métier c'est de soigner, et qu'il ne regardent pas les comptes. Je vais payer ce foutu parking... Alors que pas un centime ne va aller dans une sonde pour un bébé, un drap pour une mère, de l'eau pour la douche d'un ado !

Les administrateurs des hôpitaux sont des comptables. J'en ai déjà parlé ici, avec la sonde de mon petit Sumo qui ne se branchait que sur un allume-cigare (vous avez déjà vu des allumes-cigares dans les hôpitaux ?). Et malgré le fait que je ne sois pas idiote et que je sais bien comment fonctionne une économie de marché et les fondements libéraux, ça me met hors de moi dés lors qu'on touche à des notions de vie, ou de gratuité de soins. Les valeurs républicaines sont à nouveaux mises au rencart, et par l'institution fondamentale de notre société : le système de santé !

Retour à l'accueil