Mon tourbillon... Tu as 2 ans !

Il y'a un an, j'ai eu l'impression de tourner la page avec cet article pour ton anniversaire. Je vidais mon sac, je revenais sur ce que j'avais trouvé très difficile et en même temps, je prenais conscience que j'avais adoré vivre tout cela. Ton premier anniversaire a été l'occasion de poser les choses et de constater le chemin parcouru. Finalement, je n'avais peut-être pas tout raté.

Aujourd'hui, tu as 2 ans. Tu es un "petit garçon".

Et pas n'importe lequel... Tu es un tourbillon d'énergie, de sourires ou de mots ! Une tornade de vie.

A chaque instant, nous te découvrons un nouveau talent. Danser, sauter, jouer, chanter et surtout... parler !! Des centaines de mots déjà, jusqu'à certaines constellations grâce à l'histoire du soir que ton Papa te raconte à chaque coucher dans ta chambre de cosmonaute. On ne peut pas dire que tu sois un enfant rêveur. Tes mouvements sont permanents et c'est bien rare que l'on constate que tu es assis, seul, tranquille. De plus en plus, tu marques tes habitudes, dont tu as grand besoin.

Le petit déjeuner sur les genoux, à tremper des biscuits dans nos tasses de café au lait ou dans un chocolat. Les repas gargantuesques, de l'entrée au dessert, que tu manges SEUL et gare à nous si nous tentons de t'aider. Le sol de la salle à manger peut témoigner... Tes avis très tranchés sur ce qui peut ou non, être comestible ! Des brocolis par milliers, des légumes et des fruits crus, à longueur de journée. Assez peu de sucreries, que nous te présentons parfois mais auxquelles tu préfères une mandarine ou mieux... Des fruits rouges (à déguster crus, avec les doigts) !

Tes nuits sont plus entrecoupées désormais. Cauchemars et peurs font partie de ta façon d'extérioriser. C'est en cela que nous avons changé, que J'AI changé ! Lorsque tu étais un bébé, j'étais intransigeante. Je voulais que tu dormes dans ton lit. Aujourd'hui, nous nous extasions lorsque nous te mettons entre nous et que tu te rendors en profitant des bras de l'un de nous deux. Au bout de quelques minutes, je me retrouve avec ta tête sur mon oreiller et tu as les pieds sur la poitrine de ton Papa. En général, on ne bouge pas, on t'observe et c'est le bonheur.

Tu commences les "je t'aime", tu nous dis que nous sommes "beaux" ou "rigolos". Tes "oh lala" ou tes "non pas ça" ponctuent toutes tes phrases...

La crèche est vraiment le mode de garde qu'il te fallait. Tu prends un plaisir intact à tout redécouvrir chaque matin. Tu as tissé de beaux liens avec le personnel et je commence à appréhender que tu vis des choses, beaucoup, sans nous.

Comme faire connaissance avec la stagiaire de la ludothèque. Lorsque nous la croisons, je ne la connais pas du tout alors que toi tu t'écries "Malyka" et que tu te jettes dans ses bras. Je me rends compte qu'elle te connait, qu'elle a des anecdotes à me raconter sur vos échanges, et c'est étrange.

C'est étrange comme sensation de se dire que, si petit, tu tisses des liens ou tu vis des choses loin de nous. Peut-être même que tu commences à fabriquer des souvenirs dans lesquels nous n’apparaissons pas. Ce n'est pas de la jalousie, c'est un constat. On a l'impression que nos bébés vont ne vivre qu'à travers nous, et puis on découvre que la "personne" qu'on a mis au monde s'intègre dans la société...

Les jours filent à toute vitesse... Comme toi, qui cours sans t’arrêter...

Ces 12 derniers mois, nous avons changé. Toi bien sûr, tellement... De bébé joufflu, te voilà devenu un petit bonhomme plein d'aplomb et toujours souriant. Moi je me détache des diktats imposés par les autres ou la société. J'assume mieux mes choix pour toi, je les défends mieux, ou au contraire, j'apprends à moins me justifier. D'un autre côté, je trouve que je suis moins rigoureuse. Comme l'histoire du cododo dont je ne voulais pas entendre parler, je m'assouplis en ce qui concerne les repas ou tes colères. Tu ne veux rien manger ? Ok, nous mangeons devant toi et, au bout de quelques minutes, tu recommences à farfouiller dans ton assiette. Tu te fâches ? Ok, alors je te laisse tout seul... Tu n'est pas rancunier et tu oublies vite. J'ai compris que si j'accorde trop d'importance à tes tests, tu recommences... Alors je ne relève pas !

En ce qui concerne ton Papa, il a eu très peur pour toi. Encore aujourd'hui, il a peur que tu ne t'étouffes, que tu ne tombes, que tu ne te blesses. Mais il fait des efforts et prend sur lui pour te laisser expérimenter. Nous nous complétons et autour de toi, nous sommes très heureux d'être ensemble. Je te l'ai déjà dit mais tu as éclairé notre vie d'une lumière extrêmement vive, d'abord aveuglante et finalement, solaire ! Nous sommes une famille... Même si nous ne sommes pas nombreux. Comme dans tes livres sur l'espace, nous avons un rythme, une place définie et nous gravitons autour d'une force "plus forte", autour de notre enfant.

Dans les 12 prochains mois, nous allons encore vivre de nouveaux changements... Notamment avec l'école. Nous ne sommes pas inquiets, tu vas gérer toutes ces nouveautés comme un grand garçon...

Joyeux anniversaire petit soleil ! Continue de croquer la vie chaque jour de tôt le matin à tard le soir, continue de nous entraîner avec toi dans le tourbillon que nous avons appris à aimer, continue de nous prouver que, malgré tout ce que nous avons traversé, tu es bel et bien le plus fort !

Nous t'aimons très fort, jusqu'aux étoiles !

// bisous les étoiles //

Retour à l'accueil