Côté obscur

Je tiens direct à préciser que cet article peut faire peur, très peur. Genre autant que Dark Vador... Je vais aborder une vérité ici qui m'inquiète, me questionne et que je ne solutionne pas...

--

Avant d'avoir des enfants, tu es pétrie de certitudes. Après tu es pétrie par d'autres trucs, mais ça on en parlera plus tard.

La première, c'est que toi, quand tu auras de enfants, tu ne saouleras personne avec ça. Non non, toi, tu n'en parleras pas toute la journée, tu n'y penseras pas toute la journée. Elles saoulent les copines mamans, on dirait qu'il n'y a plus que ça dans leur vie. Ce ne sont plus des femmes, ce ne sont que des guimauves complètement gagas, fusionnelles, obnubilées par la chair de leur chair.

Mon fils ci... Ma fille ça...

Très peu pour toi !

Et puis un jour, il est là. Les premiers temps, tu ne peux pas penser à autre chose. Les hormones t'en empêchent. Lui aussi d'ailleurs, il est greffé dans tes bras. Parfois tu en as ras le bol, souvent tu l'observes sans bouger pendant des heures alors qu'il dort BORDEL !!! Pour une fois...

Ton corps et ton (tout petit) cerveau sont branchés 24/24 sur lui : 4 kg de lait frais et des couches atomiques. Tu te dis que ça va s'arrêter. Tu peux même rêver que ça s’arrête, que tu redeviens un être humain et plus un truc mal fringué et mal coiffé qui habite un bordel sans nom en puant la biquette (merci les montées de lait).

Le temps passe, tu recommences à sortir. Là on te demande comment il va. 4h plus tard, tu es toujours dans l'éloge des bodies qui se ferment par devant (tellement pratiques). Tes potes ont décroché, sauf la seule autre jeune maman dans l'assemblée. Ne demandez pas de photos les gens, j'ai un disque dur complet là, dans ma poche !

Le travail, la vie sociale... Quand il n'est pas là, tu ne parles que de lui.

Attention instant de vérité : en fait, tu ne PENSES qu'à lui. Pourquoi tu parlerais d'autre chose ?

Il est tout ! L'alpha et l'oméga, la terre, le soleil, la lune... Mieux que du Nutella ! C'est dire...

Alors tu te rends compte que seules tes copines mamans te suivent. Pour un peu que leur enfant ait le même âge, on compare, on se questionne, on rit, on pleure, on s'inquiète.

Tu te retrouves en réunion et tu décroches... Il n'y a que lui. Pourtant, il te saoule parfois. Mais même ça, t'as envie de le confier ! A tout le monde !

Il grandit, toi tu ne vas pas mieux. Au fond de toi régulièrement, une petite lampe s'allume : arrête grosse ! Tu saoules...

Il grandit, fait des trucs vachement intéressants (genre des ronds fermés, ça c'est un truc de fou), il va aux toilettes seul (rendez-vous compte), il compte jusqu'à 10 (non mais 10 merde !! Enfant précoce, obligé !).


 

Et puis si tu as la chance de reprendre tes études et que tu abordes des points comme « le développement psychomoteur de l'enfant », alors là...

Là, tu deviens l'experte. Pour toi, c'est tellement trop ça... On dit qu'il doit marcher entre 12 et 18 mois (purée le mien il était précoce – qu'est ce que je disais ?), il doit mesurer et peser tant (le mien c'est Apollon, il est parfait).

Tu fais de l'anatomie médicale : le cœur est TOUJOURS à gauche (euh...), on a qu'une seule rate (euh x 6). Les chirurgies du nourrisson, l’anesthésie... déjà que tu y penses tout le temps, là, tu fais un transfert. Genre il n'y a que 30 ans qu'on anesthésie les bébés (il a bien fait de naître en 2013 hein).

Enfin pour résumer, même quand tu te concentres sur le cours, il revient.

Il est partout. Tu fais tes courses pour lui, tu te douches maintenant parce qu'après, il est là lui, tu veux faire les soldes et tu te retrouves à claquer un PEL entre Tape à l'Oeil, Monop' et Zara Kids. Rien qui ne dépasse le 5 ans dans tes sacs.

C'est comme ça... Il est là, plus que tout le reste. Plus que toi-même.

Tu ne sais pas si c'est bien ou pas, si c'est trop ou pas. A vrai dire, tu ne veux pas la réponse. Tu constates juste régulièrement que tu n'es pas la seule. Ca rassure, tu te sens moins idiote.

Tu te dis que tu vas faire un effort, tu y arrives (un peu) mais comme ton cerveau est branché en mode avion sur tout le reste, forcément ça revient.

Tant pis, tant mieux, RAF !

Si tu ajoutes à cela que tu as un naturel plutôt pipelette, t'es grave dans la merde. Déjà que tu souffres de diarrhées verbales (caca land pourtant, c'est un autre article de ce blog) et comme c'est le sujet que tu maîtrises le mieux, t'en mets partout !

Mais tu vas te soigner promis. Pour toi et pour les autres. Du coup tu saoules ton blog... Mais il est gentil lui, il se plaint jamais. En même temps, les lecteurs, ils ont bien lu le sujet global du blog. Sinon ils sont déjà partis. Y'en a même qui sont la depuis 4 ans cette semaine (merciiiiiii <3), ils doivent aimer ça ! (bande de masos !).

--

Allez aujourd'hui, je fais les soldes. Je ne lui achète qu'un pantalon d'hiver !! (auto-lol).

Retour à l'accueil