Hello !

Si vous avez lu le dernier article de ce blog, vous avez du comprendre qu'on partait chauds bouillants au rendez-vous prévu à HFME. D'avance, je dois avouer que cet article est écrit depuis le soir qui a suivi cette journée merdissimale et que j'ai... oublié de le publier...

Et ben on avait raison de pas avoir envie ! On s'est pris une double gifle...

La première avec Sam bien sûr !

Attendus pour 9 heures, étiquettes (sinon on s'ennuierait), montée dans le service. 9h devant l'office infirmier, bonjour, paperasse, chambre 7, poser les affaires et go ! Premier examen : Prise de tension et prise de sang.

De toutes les façons, dés qu'on allonge le Joufflu et qu'une blouse blanche se pointe, il hurle ! Une fois qu'on a compris ça, on est moins surpris. Il commence à se contorsionner, à hurler... Brassard de tension en place, qui gonfle, ça fait mal, c'est de pire en pire. Résultat : une tension à 19 / 16. Trop haut, trop de stress = sert à rien.

Puis ohhhh !!! Le masque à la fraise, un peu de gaz qui fait rire tout le monde sauf lui, les gommettes à coller dessus, des infirmières trop mignonnes, moi qui serre le môme qui hurle comme si elles lui sciaient le bras et voilà les petits tubes remplis. Mention spéciale à l'auxiliaire de puériculture très en forme qui menaçait mon fils de "faire sortir Maman" s'il ne se calmait pas immédiatement. Je vous dis pas comme ça n'a pas fonctionné pour un rond, et comme ça m'a mis passablement en colère !

Retour dans la chambre. Je dégaine les radios pulmonaires de la semaine dernière, en disant qu'on est peut être pas obligé de le shooter aux radiations alors qu'elles ont moins de 10 jours. "On va en parler au médecin".

On poireaute... Une interne et 2 assistants débarquent, on reprend tout. Grossesse, naissance, opération de l'estomac, gros RGO, diabolos acte I, diabolos acte II, les antibios acte 2555. Sinon ? Bah rien, ça suffit. Ca va ils sont sympas, Sam fait le show comme à son habitude... Quand même au bout d'un moment je fais remarquer que tout cela s'est passé ici, que quelque part, dans un couloir (ou même un ordinateur tiens !!!), tout doit être noté. Mais comme je suis sympa, je file les comptes-rendus opératoires et toute ma paperasse habituelle. Faut pas chercher, je crois que jamais les hôpitaux ne sauront informatiser un dossier.

On redemande quand et comment vont se passer les examens, si c'est pénible... On attend (on sait jamais trop ce qu'on attend mais on le fait bien, qui a inventé le mot "patient" pour les gens malades ?).

On part faire l'EFR (exploration fonctionnelle respiratoire). Plus tôt les infirmières nous ont dit qu'il serait certainement trop petit, qu'on allait "demander au médecin". Mais bon, c'est pas grand chose de souffler dans un tube donc j'embarque mon grand bonhomme et on suit la gentille infirmière qui est venue nous chercher. Devant la salle d'EFR, une toubib assise nous toise et dit "ouh la, mais il est petit. A 3 ans on a pas de valeurs théoriques (auxquelles comparer ses résultats). Donc ça sert à rien". J'ai rien dit je vous jure. Toute calme j'ai ramené mon petit lapin dans sa chambre...

11h45 : kiné. Super, calme, douce. Moi qui flippait du clapping, elle l'a juste pris contre elle, en lui parlant, en effectuant des pressions toutes simples sur son thorax et hop ! Il toussait bien comme il faut.

Et là, il a eu droit à son déjeuner (d'hôpital). Il a sifflé la terrine de poisson et la mousse au chocolat mais l'omelette champignons avec du riz "berk". J'avais des Mikados, il a tout mangé !

C'est à ce moment là que Papa est arrivé et que Maman est retournée en cours...

Le Joufflu commence à piquer du nez. Papa balance la Reine des Neiges sur son téléphone. 14h30 (...), ahh c'est le brossage nasal. Ca fait mal mais ça dure 10 secondes.

On recommence avec 32 infirmiers, internes... un médecin, un papa et un Joufflu qui hurle et se débat. Gaz qui marche pas, chansons, bulles, gommettes... Rien ne change. On finit par attraper le Joufflu, le coller sur la table, tenir fort. La toubib place une sorte de gros coton tige à l'entrée du nez, elle rentre un peu, regarde ses collègues genre "c'est maintenant qu'il faut le tenir" et hop ! Elle enfonce à mort ! Sauf que... je sais pas ce qu'elle a touché mais le sang est sorti aussi vite vers l'extérieur. Résultat : une blouse blanche tâchée, un T shirt de Papa tâché, un gamin qui pisse le sang et qui hurle... toujours !

On embarque vite vite le coton tige vers un microscope...

Retour dans la chambre. Quelques minutes plus tard, la doc revient. "Oui bon alors, sur l'échantillon, on en voit 50 % qui sont normaux (les cils), mais le reste on sait pas... Donc en fait, bah... Faudrait que vous reveniez et puis on refera mais on regardera l'échantillon avec un autre matériel. Et puis on fera un scan thoracique aussi, pour voir plus de choses...". Je crois que mon mec a pas écouté la fin mais en tous cas, il a quand même demandé pourquoi (MAIS POURQUOI !!!!) on pouvait pas faire tout d'un coup. On a poireauté comme des cons pendant des heures, un scan aurait pu être calé. Et puis ce prélèvement, pourquoi on l'a pas mis dans la grosse bécane tout de suite. Non parce que maintenant qu'il sait ce que c'est, allez lui réexpliquer qu'il faut refaire. Et quand on voit comment il réagit à une prise de tension, on lui explique comment que pendant un scan on bouge pas ????

Y'en a marre sérieux. Je ne critique pas les soignants (infirmières et AS sont au top, ça chante, ça colle des gommettes à tout va, ça fait des câlins et ça dit comme on est fort après un truc pénible. Mais qui pond des protocoles comme ça ? Pour un enfant qui ne va pas SI MAL que ça. C'est quoi alors ? L'étude du spécimen rare ?

Bref je vais avoir une bonne conversation avec la pédiatre de ville et le néonatologue qu'on voit pour le suivi en juin ou juillet. D'ici là, basta !

Pour la deuxième claque, il faudra patienter quelques jours... Je vous l'écris dés que j'ai fini ce sur quoi je bosse en cours et qui me bouffe du temps. Ah et au fait, j'ai validé mon semestre 1, en entier 30 crédits /30. Je cours, je révise, j'enchaîne mais ça paie !

Retour à l'accueil