Back home

Bonjour !
Après 4 jours de bilan d'hydramnios, me voilà de retour à la maison.
Le liquide se trouve bien en quantité anormalement importante mais le fait de rester allongée bien sage limite la progression du phénomène et donc, pas le choix : je rentre mais je ne fais rien.
C'est une bonne nouvelle, enfin... Y'a le pour et le contre !

Le pour est évident, je rentre chez moi, dans mon lit, je vais dormir dans les bras de mon chéri, avec mes chats qui vont me coller, et ma petite maman qui va devoir s'occuper de moi toute la journée ou presque.
D'un autre côté, si il m'arrive quoi que ce soit, je n'ai pas la sonnette et je dois me flipper un peu avant de monter pour l'hôpital ! Y'a pas de raison me direz-vous, et d'ailleurs je vais être suivie de près aussi.

Sage-femme qui vient régulièrement faire des monitos et accessoirement les cours de préparation à la naissance (je n'ai suivi que le premier cours et j'ai l'impression que je suis pas prête du tout du tout !).

Je remonte aussi à Hfme une fois par semaine pour un bilan complet (monito / écho / col...). Mardi prochain donc.

A priori, les médecins se basent beaucoup sur mes ressentis. L'hydramnios peut augmenter brusquement, provoquant une sensation d'étouffement, une grosse poussée du tour de ventre qui gêne la maman du jour au lendemain. Donc ils se calent sur moi !

Quoi qu'il arrive, je suis de toute façon attendue ici dans les semaines qui viennent pour mettre au monde mon petit chou et il sera très bien pris en charge ensuite.

J'ai donc enchainé 4 jours de prises de sang, de monitos, de mesures diverses, de tests urinaires (j'ai pas compris pourquoi j'en ai fait autant...), des prélèvements, une écho, des mesures du col...
C'est vraiment un bon hôpital et les sages femmes de la grossesse pathologique savent parfaitement rassurer et accompagner les insupportables poseuses de questions comme moi.

Je rentre donc, contente quand même de savoir que mon bébé va bien et rassurée de me dire que le repos me fera tenir avec lui encore quelques semaines. Dans un monde parfait, il ne se déciderait à venir que début décembre. Mais si il venait maintenant, il serait quand même en forme (non non non, pas maintenant !).

Retour à l'accueil