Big badaboom !

Vous connaissez Leeloo, la rouquine à tomber, censée nous sauver tous du mal, dans un film de Besson ? C'est une phrase à elle...

Vendredi 15h45, échographie du cinquième mois... L'impatience, bien sûr, de confirmer que c'est un baby boy, que tout va bien, qu'il pète la forme... La frousse, toujours, d'entendre des trucs durs, des mots qui piquent... Je suis comme ça, on en a déjà parlé, on va pas se changer maintenant !

Le sage femme (mascotte du service, ma sage femme en est dingue...). Jeune, souriant, avenant, chouette !

On entre, je me dépoile (tenue de piscine), il balance 1.5 litre de gel sur mon ventre, prend la sonde et attaque...

NB : Je ne suis pas médecin, il y'a des mots que je comprends quand il les prononce mais que j'oublie illico !

Le cœur bat (c'est peut-être un détail pour vous...) normalement, il commence donc à en observer chaque petite parcelle. Tout est parfait, la croix au milieu est bien visible, pas de liquide qui passe d'un côté à l'autre. Le bébé gigote, empêche le gentil échographe de terminer l'examen du cœur, il y reviendra... Il prend comme le bébé lui laisse voir, un bout de crâne et hop ! Il se retourne. Une jambe, et hop ! Plus de pied... L'échographe est sympa, il lui dit "mon doudou, fais un effort, montre moi ça, oh mais dis donc...". On sourit tous les 3, ce bébé est déjà un farceur, un cabri qui nous montre tout ce qu'il sait faire.

Le sexe apparaît, plus de doutes ! C'est un garçon c'est confirmé, ça ne peut pas être plus clair ! On se sourit, on lui dit comment il va s'appeler, mon chéri et l'échographe parlent du futur joueur de foot qu'il sera...

L'examen continue, tout ce qu'il montre est parfait, même si le bébé ne coopère pas toujours et donne des grands coups de pieds dans la sonde. 2 mains possédant chacune 5 doigts, des pieds droits, bien équipés, le palais et le nez bien séparés, 2 oreilles, des yeux nickel...

A la fin du check-up de 45 minutes, il nous dit "bon, c'est la fin de semaine, il ne s'est pas bien laissé faire donc je vais repartir du crâne et redescendre pour pointer tout ce que je devais vérifier".

On recommence donc, vite fait et au fur et à mesure, c'est Ok, Ok, Ok... Arrive le cœur, il reprend sa liste "croix machin, valves trucs...", c'est tout bon. Et là, le gentil monsieur se tait... Il se concentre me direz-vous, certes. Mais il récite un genre de cours de médecine qui donne à peu près ça (désolée les puristes hein, je suis sûre qu'il y'a des aberrations) : "Position flanc antérieur, paroi antérieure ???, cerveau flanc droit, cœur...". Il regarde sa sonde dans sa main, la repose et la reprend en disant "non, je suis dans le bon sens".

A chaque même moment il s'arrête, et recommence du début... 5 fois, 10 fois... Mon jules m'attrape la jambe, je commence à blêmir, on se regarde.

Finalement, j'ose le déranger "vous cherchez les reins ?" (qui ne tente rien).

Lui "non non, j'ai juste un truc difficile à comprendre.". il voit nos têtes; repose sa sonde et se tourne vers nous. C'est comme si le matelas sur lequel je suis allongée se barre en peluches, oh mon Dieu !

"En fait, votre bébé présente un Situs Inversus" (on doit avoir l'air fin parce qu'il enchaîne). "En soi ce n'est pas grave, mais pour vous expliquer, son cœur est à droite, son estomac aussi... Tous ses organes internes sont en miroir".

J'ai jamais bien intégré le principe de gauche et droite et donc je mets la main sur mon cœur, à gauche donc.

Comme ils avaient blagué foot quelques instants avant avec mon chéri, il lui dit qu'au stade, notre fils aura la main à droite pendant l'hymne. Il nous explique que c'est extrêmement rare, qu'il n'a jamais vu ça, et qu'il ne savait même pas si il le verrait dans sa carrière. Que c'est environ 15 à 20 cas en France par an.

On a un milliard de questions, est-ce qu'il faut l'opérer (non), est-ce qu'il va vivre (bien sûr), et comment ça se fait (génétique). On ne parle même pas d'anomalie ou de malformation mais de "Variable". Selon lui, le bébé va avoir quelques examens supplémentaires, là dans mon ventre (d'autres échos en plus) et à sa naissance (encore des échos sur son petit ventre mais rien d'autre). Il nous dit aussi que des spécialistes lyonnais vont suivre ça de près, mais plus dans une logique d'étude que de soins.

Qu'énormément de gens vivent avec durant quasiment toute leur vie et un jour, on leur révèle qu'ils ont un "effet miroir" dans l'abdomen...

Sur le coup, il nous rassure, fait venir une collègue obstétricienne, qui examine à son tour et nous rassure également. Ensemble, ils répondent à nos questions idiotes, nous affirment que rien de grave ne se profile. Qu'il sera bien footballeur ;-), mais qu'il faut juste qu'il joue au loto, parce que c'est vraiment rarissime. Plus sérieusement, qu'il faut qu'on soit sûrs de la position de ses organes pour que ses médecins l'ai en tête, et que l'on se rappelle, par exemple, que son appendicite sera à gauche.

On en ressort secoués, dans l'attente d'un nouveau RDV écho avec la Chef de Service qui nous avait fait la première écho, qui nous orientera dans les hôpitaux lyonnais.

Dimanche, plus difficile. Ils ne sont plus là pour répondre à nos questions, toutes celles qu'on a oublié de poser à l'instant T.

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'on ne fait rien à moitié. Notre bébé est bien parti pour être un cas à part, mais en bonne santé. Alors on va se dire que c'est le principal, qu'après tout, c'est tout ce qui compte, et attendre de le revoir avec d'autres médecins.

Retour à l'accueil