Débriefing Osthéopathique

En ce lundi bien pourri (le temps berk, le boulot berk, la prévision de la semaine berk, berk berk !), je prends quelques minutes pour vous débriefer mon RDV de vendredi.

Petit résumé : J'attendais désepèrement le début de mes rêgles afin de pouvoir prévoir des RDV qui me permettraient enfin d'avancer un peu. La première étape du long chemin était donc ce RDV osthéo conseillé par ma copine de galère.

En le googlant, il se trouve que son père était déja réputé et que lui, le fils, a repris le flambeau et est très connu pour ses déblocages de situations cacatoesques.

Me voila donc partie bien accompagnée par ma petite maman en ce vendredi matin sur les routes de l'Ain, direction Pérouges. Pour ceux qui n'habitent pas la région, Pérouges c'est un village médiéval hyper bien préservé, trop choupi au printemps mais un tantinet glacial en hiver. Plus d'infos sur ce lien !

J'y rencontre un homme adorable, vraiment très gentil et "sain". Je me présente, explique mon problème succintement. Il me demande de me mettre en tenue de piscine et de m'allonger. Il travaille sur les pouls. Le corps humain se compose de 63 pouls, tous reliés à une fonction ou un organe. Il me dit qu'il va regarder, pas ce biais, l'état de l'utérus, celui des ovaires et les hormones. Je commence déja à le plaidre... Il n'est pas au courant de toute l'histoire (OPK, hormono...) parce qu'il m'a dit qu'il allait se rendre compte par lui-même, mais moi, je sais qu'il va galèrer...

Très vite, juste en prenant des pouls (cheville, poignets...) il me dit que mon utérus est très dur, que j'ai du prendre de l'Androcur pour qu'il soit dans cet état (1 point pour lui, cf mon billet sur les ovaires polykystiques). Il me dit aussi que mes cycles doivent être très longs et anarchiques, vu que mes deux ovaires ne sont pas synchronisés (encore 1 point) et que je dois avoir de grosses douleurs dans le bas ventre (Et 1, et 2 et 3, zéro !)

Il me plie afin de débloquer ma colonne 4 fois en 1h. Le reste du temps il me parle (de tout et de rien). Comme je suis pipelette, on en arrive à parler mariage pour tous, histoire de France et des religions... Il m'explique que son père avait fondé ce cabinet. Lui, le fils, s'est lancé en gynécologie et a exercé quelques années avant de reprendre le "cabinet d'osthéopathie branché gynéco" de son papa. Il voit énormément de femmes avec des problématiques diverses mais toutes axées sur ce désir d'enfant... Il me dit qu'il entend tout à fait le sentiment d'injustice et me parle de son premier cours d'orthogénie (IVG).

2 cas dans l'amphi : le premier c'est un embryon dans le ventre du'une femme pour qui c'est la septième grossesse, pas de papa, une situation économique pourrie... Le second, un premier enfant, un couple bien installé, plutôt bourgeois, aimants... Lequel des 2 avortements vous paraît le plus légitime ? Le premier sans hésitation... Ok, le premier c'est Beethoven et le second Hitler :-)

Tout cela pour expliquer que le praticien n'a pas l'historique complet, l'entiereté des sentiments de la mère ni le don de prévoir ce que deviendra l'enfant. Il n'a donc aucune légitimité à juger ! Bref, nous plaisantons, échangeons... C'est un chouette moment.

Il ne me dit pas que je serai enceinte demain, mais que ce qu'il a fait risque de "travailler" dans les jours qui viennent. Il me demande de le tenir informé, par téléphone, que l'on peut éventuellement se revoir à la suite des premiers examens médicaux (hystérographie, test post-coïtal...). Il me confirme qu'il n'a pas la science infuse, qu'il n'est pas devin et donc qu'il a besoin de s'appuyer sur ces valeurs "chimiques" pour comprendre ce qui bloque. Il attend une jeune femme qui vient d'à côté de Roubaix pour le même problème.

Je ressort de chez lui souriante, confiante.

Le soir, alors que j'ai des amis à la maison, je ressens soudain une énorme douleur dans le bas ventre. Une méga-contraction qui cintre mes reins, me coupe le souffle et me fait pâlir d'un coup. Cela ne dure que 20 secondes mais c'est hyper douloureux ! Le lendemain midi, une autre... Je vais lui téléphoner pour lui en parler. Savoir si je dois m'inquiéter... Peut-être que cela se débloque...

Demain 8h, écho ! 4 ans après le début du chantier, on va enfin voir comment se portent mes OPK...

PS : si vous voulez les coordonnées de ce monsieur "normal et sympathique", n'hésitez pas !

Retour à l'accueil