Encore un matin...

Hello,

Y'a des matins où ça cogite plus que d'autres, et, tiens donc, on dirait que ce matin, ça pédale dans mon bidon mais ça mouline sec aussi dans ma petite tête !

C'est vrai après tout, je me dis que beaucoup de parents ont une grossesse "facile" et que le déluge d'une malformation ne leur tombe dessus qu'au jour de la naissance de leur enfant. Quelque part, l'insouciance prédomine (peut-on vraiment être insouciant pendant une grossesse ?) et le jour J, c'est le seau de glaçons mais on a pas le choix. On gère le problème en même temps qu'on dérouille de le réaliser.

Dans notre cas, ces longs mois à savoir qu'il va se passer quelque chose de pas drôle, à l'anticiper sous toutes les coutures et à s'inventer des scénarii, je me demande quelle situation est la meilleure.

On tourne et on retourne le problème. On croise énormément de spécialistes (très sympas au demeurant) mais qui, sur certains détails n'ont pas la même version ou vision des choses. Qui écouter ? Qui croire ? Je ne vais toujours pas sur Doctissimo et autres forums mal écrits, où chaque cas est différent. Donc je m'en remets aux différents intervenants médicaux. Mais comment envisager les choses lorsque leurs versions divergent ?

Prenons encore une fois l'exemple de cette putain de salope de rate invisible. Un coup elle est en chapelet (polysplénie) et donc trop petite pour être vue. La fois suivante, on a un flux qui ressemble à ce qui pourrait être une rate. Je pose la question "peut-on naître sans rate ?" -non, impossible, elle est forcément quelque part...-

A l'IRM, pas de rate visible. (C'est quand même censé être précis une IRM !!). J'interroge donc le spécialiste du jour : le Dr Bidule nous a dit qu'on ne pouvait naître dans rate. Réponse du nouveau doc : ah sissi madame, c'est chiant et compliqué mais on peut...

Je fais quoi moi avec ces infos ??? Je vais sur Google ? Je vais lire que plein de petits bébés ont vécu des trucs pourris à cause de ça ? J'attends mercredi pour reposer la question au docteur numéro 1 ?

Et entretemps, on se ronge les sangs ?

Je ne demande que des réponses simples. Au pire, il n'a pas de rate, on le sait, on lui donne un traitement, je lui donne la mienne... Peu importe ! Mais j'ai besoin de savoir !

Attendons donc mercredi et d'ici là, tentons de dormir... Pas simple.

C'est difficile de se préparer à ne pas avoir la rencontre tant espérée avec son bébé. On se voit l'avoir sur le ventre, encore chaud de ses 9 mois à l'abri. De le découvrir tranquillou avec son papa, à l'abri de notre cocon...

J'en aurai presque envie de ne jamais accoucher, tant qu'il est gèré par mon corps, il n'a pas besoin d'opération, pas de médicament, pas d'intubation, pas de sonde. Oh pas de panique ! Je sais que c'est impossible mais j'en viens à redouter sa naissance, une première contraction, alors que malgré tout, c'est censé être du bonheur !

Encore 2 mois à retourner tout cela, à être surexcitée par la venue de cet enfant que nous avons fabriqué d'abord dans nos têtes avant de le "mettre en route" et en même temps, terrifiée de ne pas être à la hauteur, de ne pas être capable de gérer la situation le jour J.

Nous sommes le 21, 60 jours à tenir !

Retour à l'accueil