Endo... quoi ?

Bonjour !!!

Comment vous dire que c'est vendredi, que je suis hyper happy... Ma semaine aura connu plus de bas que de hauts, j'ai chougné et encore chougné, j'ai pris de grandes décisions (genre "si un toubib me dit que c'est mort de chez mort, je me remets à cloper direct", des décisions profondes et adultes n'est-ce pas ???).

Bref, une semaine au pays des pensées relous, de la tristesse et de l'injustice ! J'ai aussi les nerfs qui pètent donc si on se croise, ne soyez pas étonné que je sois hyper AGRÉABLE !!!!!

Comme promis, je me suis documentée sur l'endométriose. Si j'en parle aujourd'hui, c'est que je connais quelques femmes qui en sont victimes et qui se galèrent dans les hôpitaux régulièrement. Comme en plus, ce sont des filles que j'aime bien...

J'enfile ma casquette de prof de SVT pour vous refaire le topo de "comment qu'on marche, nous les femelles ?"

Alors, toutes les femmes de cette planète saignent de façon régulière. Que votre cycle dure 28, 45, 66, 80... jours, il y'a bien un moment où on a nos règles.

Comment ça se passe : Sous l'effet des hormones, après l'ovulation (je vous ai déjà fait un cours là-dessus, donc je n'y reviens pas), c'est la phase lutéale. Elle dure normalement 14 jours (quel que soit votre cycle...). La paroi de l'utérus appelée "Endomètre" se gonfle de sang pour accueillir l'oeuf fécondé (un ovule et un spermatozoïde, vous avez suivi). S'il y'a un oeuf, il va chercher à faire sa "nidation", c'est à dire à se trouver un coin tranquille pour s'accrocher et passer les 9 prochains mois. Quand il n'y a pas d'oeuf, la paroi pleine de sang comprend que rien ne se passera, et balance le déluge dans votre culotte. C'est bon, on a perdu personne ?

Lorsque le flux sanguin se barre, il est chargée de cellules endométriales vivantes (oui oui) qui dégagent dans un tampon / une serviette / une coupe mestruelle (je veux essayer cette connerie !) ou votre pantalon blanc (c'est selon...).

Sauf que, comme l'humain est composé d'exceptions (10 % des femmes quand même !!!), parfois ce flux rouge coince ou décide de n'en faire qu'à sa tête.

Exemple concret : Le cas de Ma Coiffeuse d'Amour que nous appellerons M. (tout simplement !).

M. a 25 ans, elle est en couple et ne veut pas d'enfant, "pas tout de suite" dit-elle. Depuis l'adolescence, elle souffre le martyr à chaque cycle (vomissements, crampes atroces, ventre brûlant et tendu...). Elle kiffe pas trop être une meuf dans ces moments-là.

Puis un jour, d'énormes problèmes intestinaux (oui c'est pas glamour mais c'est la vraie vie). Plus aucun contrôle de son sphincter, un quotidien compliqué et la douleur qui s'amplifie et se diffuse. Elle consulte. Et là "Endométriose". Alors M. elle est rigolote, elle se prend pas souvent la tête, mais quand même. Elle voit pas bien le rapport avec son utérus là, tout de suite.

L'explication c'est que ces fameuses cellules endométriales qui se cachent dans le sang menstruel, elles se sont retrouvées sur son rectum. Beaucoup, beaucoup ! Et ces cellules vivantes, une fois déposées là, elles s'accrochent et surtout, au cycle suivant, elles reprennent leur boulot et font épaissir la paroi à laquelle elles s'accrochent. Ce qui fait que le rectum de M., qui n'a aucun intérêt à épaissir lui, il était tranquille, il faisait son boulot de rectum lui, et ben il sait plus où il habite tout à coup. Et les cycles d'après, ça recommence...

Mais diantre, il doit bien y avoir un cachet non ???? Et bien le problème c'est que... non. Enfin si, on stabilise, on fait en sorte de contrôler pour les prochaines fois, n'empêche que ce bout de rectum est foutu et qu'il faut l'enlever. Donc ma petite M. toute mignonne, elle se retrouve à l'hosto à subir une opération de psycho, se faire enlever 12 cm de rectum, et ressortir avec une poche à caca (je me répète : je sais que c'est pas glamour. Mais c'est la vraie vie bordel !).

Et ça repousse pas, un rectum ! Donc il va falloir qu'elle apprenne à vivre comme ça. Alors bien sûr, au bout de quelques semaines, on retirera la poche (pas très féminin, la poche à caca), on ré-éduquera M. pour qu'elle retrouve le contrôle de son derrière. Mais surtout on va prier pour que son endométriose n'aille pas se coller à son estomac, à sa vessie ou (plus rare) à ses poumons !!!

Et oui, cette cochonnerie touche 10% des femmes. Même des femmes qui n'ont plus d'utérus ! Alors dans la majorité des cas, c'est juste des douleurs parce que le sang se retrouve dans les trompes, dans le col. Donc on saigne un peu plus, on a mal et le jour où on veut un enfant, on galère un peu (ou pas...). Mais pour certaines, ça entraîne une sacrée infertilité.

A présent, le cas L. Une ancienne collègue intelligente et jolie comme un coeur qui tente désespérément de faire un 2ème bébé.

Oui elle est déjà maman, elle a galéré mais elle l'a fait ce bébé. La rumeur autour de cette maladie veut que ça se tasse après une grossesse. Bah oui, logique, un bébé est allé nettoyer tout ça, puis un placenta... Donc les symptômes se barrent. Mais c'est vicieux un symptôme... Ça revient toujours. Dans le cas de L., c'est dans son péritoine (le sac qui entoure les organes) que ça se passe. Et ce péritoine, il a plein d'endroits où elles peuvent se planquer ces cellules pourries... Donc régulièrement, elle passe sur le billard L.

Peut-être que vous vous demandez pourquoi c'est aussi compliqué de faire un bébé quand on est atteinte de cette maladie. C'est simple. On reparle encore d'hormones et de messages envoyés au cerveau.

Admettons que votre péritoine envahi de cellules, juste après l'ovulation, il se mette à envoyer des signaux au cerveau qui disent "Euh, non, y'a pas d'oeuf là" (normal dans un péritoine vous me direz, rien à foutre ici), mais que dans votre utérus, y'a bien un petit truc qui est entrain de s'installer. Votre cerveau il habite loin, il sait pas où est ce que le petit oeuf se pose. Il entend seulement une voix qui dit qu'il y'a rien, et une voix très forte. Parce que votre péritoine contient bien plus de cellules endométriales que votre utérus. Donc il parle plus fort. Votre cerveau tout là haut, il se dit "ok, y'a personne, je vais pouvoir déclencher la marée rouge". Il appuie sur le bouton et hop ! Ca saigne. Dans le sang qui coule, le micro zoeuf qui voulait se poser, il est dégagé. Et accessoirement, vous vous tordez de douleur parce que votre péritoine, il saigne aussi !

Et ainsi de suite. Alors on prend des cachets, beaucoup de cachets... Et puis on croise les doigts..

Encore une fois, faites des pauses dans vos pilules pour voir comment vous fonctionnez sans. C'est très frustrant de se rendre compte qu'on ne fonctionne pas quand on est prête à faire un bébé.

Allez, je m'en remets une petite couche sur ma bonne humeur de la semaine... Vous savez quoi ? Les ovaires polykystiques, c'est un des symptômes de l'endométriose... Sur ce, salut, je vais me planquer au fond du Rhône ! Plouf...

Retour à l'accueil