Et maman alors ?

Post égoïste donc... Comme son nom l'indique !

Au milieu de l'enchaînement de tout cela depuis près de 3 mois, je n'ai pas encore exprimé ici le ressenti général que j'en ai...

Je pense que mes hormones d'allaitement participent au fait que pour l'instant, j'encaisse.

Je n'ai pas réellement craqué encore. Le soir du réveillon m'a permis de décharger l'instant, à savoir les premiers jours en tête à tête avec mon fils, mais pas tous les antécédents.

Pour revenir à l'accouchement, je le visualise dans le brouillard. J'étais trop inquiète de la suite pour pouvoir en garder des traces plus fortes, bonnes ou mauvaises. J'ai l'impression que j'ai accouché il y'a très très longtemps !

Je revois par flash certains moments, énormément d'eau (j'ai vraiment pourri la salle, la pauvre sage-femme qui s'est changée au moins 4 fois et demandait leurs vêtements à ses collègues, le lit que l'on m'a refait au moins 6 fois...).

Je n'avais jamais accouché auparavant mais j'ai quand même l'impression que j'ai "débordé" ce jour-là !!

Je me rappelle également très bien les instants finaux, lorsque la sage-femme a fait naître le bébé. Son cordon était trop court donc elle le tenait face à elle, dos à moi. Elle a demandé au papa de venir le couper entre mes cuisses (on en parle ou pas ??? Vous savez, quand pendant 9 mois et 20h vous avez rabâché à votre cher et tendre que vous lui interdisez de se rendre de CE côté là des opérations ??? Et qu'en 2 sec, elle lui montre TOUT !!!!!).

Je me rappelle attendre de voir sa "face" afin d'y déceler ces fameux signes de la trisomie... Quand finalement elle l'a posé sur mon ventre, je l'ai observé de très près, provoquant une question de l'autre sage-femme, qui voulait savoir ce que je cherchais ! Elle m'a très vite confirmé que non, mon fils n'avait pas 3 chromosomes 21 !

Je me revois aussi le "tendre" aux pédiatres, 1h après sa naissance. Nous n'étions pas censés le garder avec nous, il aurait dû partir dés sa naissance avec l'équipe de néonat... On m'avait prévenu "vous le verrez"! C'est tout ???

Quand la sage-femme l'a posé sur moi, j'en étais inquiète. Je lui ai demandé pourquoi et en fait, sa seule réponse a été qu'il allait bien, donc qu'il passait du temps avec nous !
Au bout d'une heure donc, les pédiatres sont entrés, la couveuse était restée dans le couloir. Ils se sont présentés, m'ont expliqué qu'ils venaient le chercher pour l'emmener dans ce qui allait devenir son lieu de vie pendant ces longues semaines, lui faire une radio, lui poser une sonde, des perfs... Je me souviens leur avoir tendu mon bébé, sans qu'on me le prenne, ce que je redoutais tant...

La première grosse dérouillée s'est produite 1h après, lorsque nous sommes montés le voir. Il était endormi, déjà branché... J'étais épuisée, dans mon fauteuil roulant et j'ai bien craqué. Rien de comparable au lendemain, lorsqu'avant sa chirurgie, nous sommes devenus "parents" en signant les papiers pour autoriser l'opération et un ordre de ne pas réanimer trop longtemps. Outch !!

Là aussi, je me revois dans ce couloir, mon bébé en route pour le bloc et moi, en miettes. Les jours qui ont suivi aussi, avec cet épisode, un matin très tôt, avec son infirmière de la nuit qui me propose de lui changer sa couche ou je ne sais quel soin... Je lui ai dit "non, il ne faut pas que je m'attache". A ses yeux, j'ai vite compris que j'avais dit une grosse connerie. Elle s'est un tout petit peu fâchée... Avec le recul, bien sûr qu'elle avait raison ! Il suffisait que je regarde les autres bébés de la pièce...

Je revois aussi les premiers "soins de bouche". Lorsque les enfants sont intubés, leur bouche est ouverte et très sèche. On prend donc le colostrum de la maman sur une compresse et on le passe comme du Labello... Véritable cicatrisant, cela leur fait du bien, les rafraichit, et leur fait goûter un petit peu de ce lait miracle qui va bientôt les nourrir.

Ces semaines d'hôpital m'apparaissent aussi dans une brume très dense... Je ne range plus les événements dans l'ordre. J'ai bien fait de créer un livre retraçant tout cela à mon bébé. J'en ai besoin aussi pour me souvenir en détail.

J'ai surtout des micro-histoires qui me reviennent, pour la voie centrale notamment ou encore la montée en Kangourou, dans mes bras.

Ensuite, les premiers jours du retour à la maison et cette espèce de frénésie sont flous également.

Nous étions abrutis par la fatigue et la peur de mal faire. Mais c'est à ce moment précis que je pense que nous sommes devenus des parents normaux !

Depuis quelques temps, on s'écoute plus et surtout mieux !
On tente des choses par nous-mêmes. Parfois je passe un coup de fil aux pédiatres pour leur avis ou leur recommandation... Mais nous prenons les choses en main !

Nous commençons aussi à mieux connaître notre fils. À mieux savoir si c'est de la faim, des coliques, de l'inconfort...

Il interagit aussi (bénédiction !!) et commence à babiller et sourire ! Quel plaisir d'avoir des preuves d'humanité enfin !! Je vais passer pour une méchante mais les premières semaines m'ont paru très difficiles aussi pour cela. Pas d'échange. Un "tuyau" (manger, caca) entrecoupé de larmes ou de plages de sommeil trop courtes. Futures mamans croyez-moi, cela s'estompe mais ce n'est pas immédiat.
Et encore, à propos du sommeil on est pas encore au point !

Je suis censée reprendre le travail aujourd'hui...
J'aurais passé 6 semaines avec mon enfant, contre les 10 habituellement requises dans le cadre d'un congé maternité classique. C'est pour cela que la pédopsy m'a arrêtée encore 5 semaines. Et ce n'était pas de refus ! Je ne rattaque que le 22 avril. J'ai ajouté 2 semaines de congés à l'arrêt du médecin. Je reprends également à temps partiel, grâce à l'AJPP mais je vous en reparlerai.

Encore 7 semaines donc. Entre allaitement qu'il va falloir ralentir (ça me fatigue beaucoup de tirer mon lait à raison de près d'un litre par jour) mais cela me fait tenir hormonalement et cela est tellement bon pour mon bébé que je ne sais pas trop comment agir... Je me laisse encore quelques jours de réflexions et dés aujourd'hui, j'intègre un biberon de lait en poudre dans son planning ! On verra bien comment il le prend.

Je termine donc par une excellente nouvelle à propos de Sumo (mais si, le pote de chambrée de mon fils, je vous en ai parlé dans un article récent... Mais je ne peux pas vous mettre le lien, j'écris depuis mon portable...). Il est sorti !

1 mois à peine après son opération délicate et 5 mois après sa naissance, il est rentré chez lui ! Il commence à manger normalement, ses parents doivent lui prodiguer des soins complexes et il va vivre quelques temps avec un long fil de la gorge aux intestins pour éviter des sténoses (rétrécissements) très fréquentes dans ce type de cas mais il est enfin chez lui !
On espère se faire retrouver les 2 minis-potes prochainement, en dehors de l'hôpital !

Retour à l'accueil