Glamour, mon amour !

Bonjour,

Ok, avant tout, pardon pour cette image mais franchement, ça illustre parfaitement une partie de mes racontages du jour et accessoirement, ..., elle me fait trop rire !

Pas de panique, j'écris bien depuis mon lit, à la maison, toujours en colocation abdominale avec mon bonhomme.

Hier : bilan hebdomadaire à l'hôpital.
Monito : bébé qui gigote comme un danseur de Jive (merci Danse avec les Stars), rythme normal, contractions pas hallucinantes.
Ma tension : bof ! Pas stable, rien de nouveau.

Puis direction le Diagnostic Ante Natal pour un bilan avec mon choupinou de docteur.

Accompagné d'un étudiant en médecine trop mimi (chut !), on reprend les données. Souriants, confiants, je les aime !

Bref, on fait un point sur le bébé (tranquille au chaud, pas pressé) et sur sa maman qui commence à dérouiller. Plus on va loin, mieux c'est, ce n'est une surprise pour personne.
On passe à l'examen : c'est à ce moment-là que les âmes sensibles peuvent aller lire ailleurs.

Mesure de la hauteur utérine : +6cm en 3 semaines ! Mon ventre est vraiment énorme !!!
Palpations diverses et comme à chaque fois, mon gentil docteur me demande si l'étudiant peut reproduire les gestes. Moi, bonne pâte, prête à tout pour faire avancer la science et la carrière de ce tout jeune doc en devenir : pas de problème !
Il re mesure mon ventre (en appuyant bien de partout), vérifie la hauteur du placenta, pousse un peu le bébé à travers ma peau...

Jusque là, rien d'exceptionnel, ils n'ont même pas les mains froides !

Puis vient le moment tant attendu du sacro-saint TV (pour les néophytes : ça commence par "Toucher" et ça finit par "là où tu penses").

Voici donc mon doc qui s'équipe (d'un gant j'entends) et qui... Fait son boulot quoi !
La tête de mon bébé est bien présente, on la sent très rapidement, le col court et mou (ce qui est normal) et très postérieur. Comprenez par ce terme que pour le sentir, il faut limite pousser jusqu'à ma colonne. Normalement, cette zone est plutôt souple me direz-vous. Et bien là, pas du tout. J'ai l'impression que ma peau est faite d'un cuir particulièrement dur, qu'une râpe est entrain de visiter les lieux.

Il arrête (ouf !) et, comme de bien entendu, me demande si chouchou le mini-docteur peut examiner "car on sent vraiment bien la tête". Bon allez, la science, sa carrière... Je suis débile, et j'accepte.
Sauf que là chouchou, il sait vachement moins bien comment se déplacer dans mon... Bas-ventre !
Du coup, pendant qu'il cherche et tripote, le doc pousse sur les fesses du bébé (sous ma poitrine donc) pour qu'il sente mieux !

Je vous ai déjà parlé ici de la dose de pudeur qui s'effondre entre les premiers examens pour détecter l'infertilité et ceux de la grossesse... On est en plein dedans là (pardonnez-moi l'expression !) !

Enfin, tous les hommes en blouse retournent au bureau et moi, aïe !!!

Le Rdv s'achève sur un Rdv pour un bilan identique qui sera fait la semaine prochaine et la prise de décision parce que, comme je vous l'ai déjà dit, c'est moi qui dérouille pour manger, bouger, dormir... Et que là le bébé ne risque plus rien !
On se dit à mardi prochain pour un éventuel déclenchement...

D'ici là, il faut repartir et rentrer à la maison, ce qui va se faire dans une douleur de dingue. Je ne sais pas quel nerf a été trop manipulé ou si la tête de bébé a bougé mais je ne peux plus poser la jambe droite par terre et ça va durer jusque dans la nuit. Je ne peux même plus me lever seule du lit !
Ce matin ça va mieux, la nuit a fait du bien !

On poursuit notre chemin, il va tout bien, et c'est le principal. On ne mesure même plus les quantités de liquide à ce terme. Donc... Wait and see... Encore !

Retour à l'accueil