In bed with...

Bonjour !

36 semaines, petit à petit, la stratégie des médecins fonctionne. Le liquide est stable, bébé prend du poids et continue de faire mûrir ses poumons ainsi que ses finitions ;-).

Malgré tout, cela implique une position allongée de plus en plus continue... 15 minutes pour manger dans un fauteuil relax et les contractions reviennent, une douche et il faut retourner se coucher. Aucun mouvement impliquant un tant soit peu de souplesse (ramasser un truc par terre) sans que ça ne devienne compliqué.
Le prix à payer est élevé mais le jeu en vaut la chandelle puisque les jours défilent et que bébé est toujours au chaud.

Alors on s'occupe... Un ordi sur lequel je peux regarder la Tv, un tricot, de la compagnie (les pauvres, garder un truc couché, c'est pénible) et hop... De temps en temps une petite sieste...

Mais surtout le temps de cogiter (oui encore !!).
Et prendre conscience qu'il va peut être falloir accoucher naturellement !!! Je m'étais bien préparée à une césarienne. Au geste médical, à ses conséquences "pratiques" pour mon fils qui n'aurait rien à faire et qui ne dépenserait pas d'énergie pour naître.

Mais là, il est temps aussi que j'envisage le reste ! Un accouchement !!
Alors bon je sais que "des milliers de femmes font ça depuis la nuit des temps", que "de toute façon, il va bien falloir qu'il sorte"... Et autres conneries que celles qui ont vécu (ou non) cela te rabâchent après avoir oublié qu'elles ont mordu le personnel médical ou hurlé pendant des heures (j'exagère mais je déteste toujours autant les banalités).

Là on parle d'un paquet de plusieurs kilos qui va devoir trouver la sortie de MON corps pendant que la moitié de moi se contracte régulièrement.

Je suis une pro-péridurale, et je sais qu'une fois posée (ça aussi c'est pas rassurant, les aiguilles dans le dos), je devrais repasser en mode "cui- cui les petits oiseaux".
Et après tout, je mise aussi sur le fait que mon col est déjà ouvert, donc on devrait vite atteindre les 3 cm nécessaires à mon shoot miracle !

Bref, ça tourne et ça retourne sans compter que, comme toute primipare, on ne sait pas trop à quoi se préparer.
Et puis, pour l'instant mon bébé n'a besoin que de moi pour vivre. Une fois né, il va être emporté pour qu'on commence par vider son estomac, qu'on lui pose des perfs, qu'il intègre sa couveuse et ensuite, qu'on l'opère.

Bref, qu'on le soigne pendant de longs jours loin de mes bras...
Et ça vraiment, j'ai du mal à m'y faire...

Retour à l'accueil