Roar (c'est pas de moi, c'est Katy Perry)

Voilà voilà...

Une fois n'est pas coutume, je ne sais plus où j'en suis... Ça rechiale dans la chaumière et cela faisait quelques semaines que ça n'avait pas été dans ces proportions... En cause ??? Oh bah je vous dirai bien que c'est mon fils, mais je sais que, bien sur, c'est moi !!! Et surtout nous 2 quoi...

Je résume. Mon petit bébé pleure. Rien d'anormal me direz-vous. Mais il pleure BEAUCOUP !

Il ne sait pas s'endormir sans d'ailleurs ! Donc, comme dans mes habitudes bien ancrées de vouloir faire "bien", je lis un millions de solutions, et demande des conseils à n'importe quel pro qui passe ! Et le vrai hic, c'est que chacun me donne une version, différente de celle des autres, ce serait bien trop facile.

Ajoutez à cela les "petits conseils" et la vision que je peux avoir des enfants des "autres" et c'est le big bordel.

Décortiquons.

Il pleure donc. Et surtout pour s'endormir. Il a "besoin des bras" diront certains. Mais il faut "lui donner des bonnes habitudes" diront d'autres.

Alors pour commencer je dirais que, le prochain conseil que je reçois, je pose tout, mon fils en premier, et cette personne se démerde 48h avec lui !

Oh ça va, elle va pas se plaindre, elle croit que c'est facile chez les autres ??

Et bien oui !!! Chez les autres, tout à toujours l'air bien plus facile ! Pourquoi ? Parce qu'il existe une sorte de tabou du bébé "difficile" pour les parents parfaits que nous souhaiterions tant être. Ce n'est que quelques années plus tard, quand l'enfant est grand, que finalement, on découvre que "ah non mais on en a chié grave avec mini-machin". Sauf que sur l'instant, dire qu'on en chie c'est faillir !

Ensuite, il y'a 2 écoles. Les "pour les larmes à foison" et les autres, ceux qui pensent que les bébés n'ont aucun intérêt à hurler pendant des heures loin de leur mère. Chaque camp a ses arguments.

Les anti-câlins : ils prônent de laisser pleurer. Que quelques jours seulement de grands cris, seul dans son lit, suffisent à régler une sieste difficile pour toute la vie. Ils disent de couper le babyphone, qu'aucun risque ne guette, et qu'on peut même partir de la maison pour ne pas entendre les cris. Ils disent que si tu cèdes une fois c'est mort et qu'il faut tout recommencer.

Dans cette catégorie, il y'a ceux qui préconisent de se montrer régulièrement pour faire voir qu'on est la, que le bébé n'est pas abandonné et les autres qui préconisent zéro contacts ! Rien, juste le laisser hurler jusqu'à ce qu'il tombe d'épuisement.

Les autres en face, en sont au stade où ils affirment que le bébé doit avoir un contact avec sa mère (toujours elle, cette ratée...) comme n'importe quel mammifère. Ils utilisent l'exemple de la lionne, de l'antilope ou de n'importe quel autre mammifère en demandant si on a déjà vu une maman zébu coucher son bébé loin d'elle et lui demander de dormir seul.
En Afrique également, où même la propreté des bébés est instinctive (vous avez déjà vu une couche sur un bébé somalien ?? Ils ont bien d'autres soucis ! Cela s'appelle l'hygiène intuitive, le bébé même tout petit sait dire quand ça va venir...), on ne voit pas de bébés seuls dans les cases alors que les mamans vont au champ...

Les arguments sont convaincants des 2 côtés non ??? Et dans notre société où tout est signe de faiblesse, ou de merdage, voilà où j'en suis.

Je suis la maman mammifère qui a mis bas (ça choque hein, mais c'est ça quand même) et avant même de parler instinct, le mini-zébu ou lionceau (ce que vous voulez) a été embarqué car malade, la faute à pas de bol. Plusieurs jours sans se toucher et enfin pouvoir sentir sa chaleur, mais sous le contrôle et après manipulation par des étrangers. Attention, ces étrangers lui ont sauvé la vie, je ne les critique en aucun cas. Puis soudain, démerde toi avec ton lionceau on te le rend, il a 3 semaines et tu emménages à l'hôpital. On transpose à la maman zébu ou pas besoin ??

Ce que je veux dire, c'est qu'aujourd'hui dans un monde parfait, il faudrait que je m'écoute. C'est rigolo ça d'ailleurs, tout le monde à un avis mais ça termine invariablement par "non mais écoute toi en fait".

Sauf que j'ai raté le wagon de l'instinct à peine 1h après la naissance !!
Comment on le rattrape ??

C'est comme ma gentille pharmacienne qui, après accord de la diététicienne de l'hôpital, me fait une leçon sur les céréales à ajouter au bib dés 4 mois. Et là, il a que 3 mois et demi mon bébé. J'ai l'accord de la diététicienne de l'hosto, mais la pharmacienne tord le nez quand je lui dit que j'en veux. J'écoute qui ??? Et donc, le jour pile de ces 4 mois, il a droit à 15g dans son bib du soir, mais avant, je vais le tuer si je lui donne 5g, quelques jours avant ??

Voilà, c'est officiel, c'était le dernier billet de ce blog sur mes états d'âme. À présent, je vais vraiment m'écrire partout dans l'appart que je vais "écouter mon pti cœur". On verra bien si j'y arrive !

D'ici là, je ferme les écoutilles, comme lorsque j'étais enceinte et que je devais être "épanouie" alors qu'on vivait la pire des situations !

Si dans 25 ans, c'est Dexter et qu'il est sociopathe, de toute façon, ce sera de ma faute... C'est toujours la faute de la mère !

Retour à l'accueil